Nouvelles du Dezbat

lundi 2 novembre 2009
par  armenfrast
popularité : 74%

Dezbat ou Au Delà des Brumes

Le califat d’Ekbir est divisé en quinze provinces, chacune étant considérée comme un état dans l’état, avec ses propres pouvoirs locaux, droits et croyances. Parmi celles-ci se trouve Dezbat, qui se tient à quelques kilomètres de la capitale d’Ekbir. Terre de pêcheurs, Dezbat ne brille pas particulièrement par la richesse de ses habitants. Mais ses spécificités pourraient bien valoir votre attention.

Géographie

Dezbat est une péninsule, qui débute depuis le nord de la capitale jusqu’à l’embouchure de la rivière Hadash. La province est principalement une terre de marais et de landes. Elle tire d’ailleurs son étrange réputation de l’aspect ténébreux de la lande renforcé par le temps régulièrement brumeux en ce pays. La lande de Glendaloch qui occupent le centre de la province est tristement connue comme une région à éviter pour ses conditions climatiques déplorables et sa flore dévastée. Deux vastes espaces boisés contrastent dans le paysage : les bois de Shayalah dans l’est de Glendaloch et la Forêt Latbuda dans le sud de Dezbat, qui en probablement la partie la plus riche, où la vie y est de loin meilleure. Au nord de la province, apparaissent le Morksmogil, une longue ligne de récifs aiguisés par les vagues folles de l’Océan Dramidj. C’est un lieu tristement célèbre pour avoir réduit en pièces bon nombre de navires contre ses dents gigantesques qui dépassent des flots. Fort heureusement, toutes les côtes de Dezbat ne sont pas aussi terribles que celles du nord. Des deux côtés de la péninsule, la vie s’est rassemblée autour de villages et de hameaux. La seule cité qui puissent véritablement porter ce nom se nomme Sharkavir, la ville des landes en ancien Bakluni. Avec plus d’un millier d’habitants, Sharkavir est la capitale économique et politique de Dezbat, là où vit le Nayib, le seigneur de la province.

Politique

La situation politique est quelque peu compliquée en Dezbat. Deux types de Nayib existent généralement : ceux de sang royal avec leur titre, leur terres et leur droits transmis de génération en génération et ceux dont les pouvoirs sont acquis au travers de leur rang dans le clergé d’Al’Akbar. La maison Ashir de Dezbat faisait partie intégrante de la première catégorie. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. En réalité, l’ensemble de la famille royale Ashir disparut lors du terrible assaut lancé contre sa forteresse par des cavaliers Ataphades durant l’année 577. En mémoire de Nérim le sage – le dernier Nayib de Dezbat – et sa lignée, le Calife d’Ekbir a remis le pouvoir séculaire à une branche cousine de la maison Ashir, qui a repris son nom par la suite. Urik Ashir, le nouveau Nayib dirige encore la province aujourd’hui. Certaines personnes prétendent que son style politique est ferme, très ferme et que les gens le craignent plus qu’ils ne l’apprécie. Des rumeurs prétendent que la loi martiale a été instaurée en Dezbat et que la justice est prompte et sommaire. En fait, Keyn, le demi-frère d’Urik, qui est en charge des armées, a beaucoup fait pour la renforcer et garantir que les crimes ne restent pas impunis. Quelle que soit la vérité, le Calife reste confient et satisfait de son choix sans doute parce que le loyal Darman Niklad, ambassadeur de la province en Ekbir, sait parfaitement mettre contrebalancer d’éventuels excès aux yeux du Calife.

Histoire et Mythes

Les légendes ont toujours eu une place privilégiée dans la vie de Dezbat et les bardes sont souvent les premiers à le reconnaître. Des ombres de dragons ont été aperçues volant au dessus des landes, d’étranges jeux de lumière se sont fait jour sur les côtes du Morksmogil provoquant les naufrages et les spectre de marins disparus hantent les digues qu’ils empruntaient de leur vivant.
Certaines de ces histoires partagées au coin du feu prennent naissance dans l”histoire de la province. Tel est le cas des Faris Rautha, l’ordre renégat de chevaliers qui faillit dans sa mission de protection de la famille Ashir lors les tristes événements qui se sont déroulés, il y a de cela quinze ans. Cette poignée d’hommes – pourchassés par le pouvoir local – sont suspectés de disposer d’étranges pouvoirs dont ceux de se transformer en bêtes. Mais l’endroit où le plus clair des histoires se déroulent sont sans nul doute les landes de Glendaloch. Ses habitants prétendent que leur région est maudite et que cette malédiction, fruit d’un sombre passé, est responsable des malheurs qui surviennent dans la lande. Des prêtres sont venus et se sont installés pour découvrir les raisons de ces mystérieuses disparitions, aboiements surnaturels et visions fantomatiques qui surviennent à la nuit tombée. Des héros reconnus se sont rendus sur les lieux mais n’ont pu fournir qu’un court répit. Les prêtres maléfiques et les sorciers ont été découverts et capturés mais le doute subsiste de savoir s’ils étaient véritablement responsables des évènements ou s’ils avaient été simplement attirés par l’atmosphère occulte des lieux, propice à leurs activités.

Usage locaux et Fêtes

Les hommes de Dezbat sont de respectueux fidèles d’Al’Akbar : pas un poisson n’est pêché du Dramidj, pas une terre n’est ensemencée ou récoltée sans qu’une prière ne soit faite au sauveur du peuple Bakluni, le prophète saint. Leur dévotion les a conduit à adopter des coutumes locales qui sont considérés comme des lois divines. La première de celles-ci est la tradition du droit d’asile qui est acquis à toute personne le réclamant dans un des lieux de culte dédiés à Al’Akbar. Quoi que ces personnes aient pu faire durant leur vie terrestre – meurtre, vol ou escroquerie – on leur offre la chance de pouvoir sauver leur âme en la tournant vers Al’Akbar. Même la milice et l’armée n’ont pas d’autres choix que de voir celles et ceux qu’ils poursuivent, être traités comme des hommes libre sur les terres du clergé. Bien sûr, il y a une limite très claire au delà de laquelle la justice des hommes reprend le pas sur le droit divin. Après trois jours de repos et de prière, ceux qui sont venus demander asile doivent s’en retourner et affronter leur destin. L’autre coutume qui peut surprendre les étrangers est l’attitude du peuple de Dezbat vis à vis de la mort. En fait, lors du jour des morts, une occasion particulière en Dezbat, tous les êtres aimés ou chéris sont honorés et traités comme s’ils étaient encore de ce monde. Les familles passent des heures autour des tombes, partageant leur repas auprès des disparus, leur adressant la parole pour les informer des événements récents. La plupart des gens croient que les morts marchent sur la terre parmi les vivants sous la forme d’invisibles esprits et ils profitent de ce jour pour se souvenir et les louer, pour partager avec eux les mots qui n’ont pas été prononcés lorsqu’ils étaient encore en vie.


Commentaires

Brèves

La Guerre de la 73e Sourate

samedi 8 octobre 2011

J’ai enfin pris mon courage à deux mains et j’ai scanné le scénario tiré de Backstab n°34 : La Guerre de la 73e Sourate, qui vient prendre sa place dans les scénarios Living Greyhawk Ekbir de l’année CY 591.

EKB-7-03 Dans le Griffes du Tigre

lundi 26 septembre 2011

Après deux ans, et au hasard d’un mail avec un collectionneur Australien, j’ai mis la main sur le scénario EKB-7-03 Dans le Griffes du Tigre.

Le Choc des Titans

mercredi 9 décembre 2009

Vous pouvez lire la description de cette bataille épique dans l’article EKB7-02S - Le Choc des Titans

EKB6-08 Force et Honneur

samedi 5 décembre 2009

Le mystère est levé - le module Force et Honneur porte le numéro EKB6-08. Le EKB6-07 étant en fait la 2e partie du module EKB6-06 Infestation.

Archives de la Triade

jeudi 3 décembre 2009

Gaël Richard m’a proposé de m’envoyer certaines de ses archives, on peut espérer découvrir des précisions passionnantes.

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 22 janvier 2017

Publication

174 Articles
Aucun album photo
21 Brèves
13 Sites Web
2 Auteurs

Visites

1 aujourd’hui
58 hier
74495 depuis le début
Aucun visiteur actuellement connecté