Grande Route Occidentale (la)

mercredi 25 novembre 2009
par  armenfrast
popularité : 36%

Il y a quelques années, une passionnée de Greyhawk, Samantha Quest, a décrit la Grande Route Occidentale, également nommée la Piste de Ket. Je vous laisse le plaisir de lire la traduction ce quelle avait décrit.

JPEG - 89.1 ko
La Caravane
La Grande Route Occidentale

La route commerciale [avant guerre] la plus lucrative et la plus difficile de tout le Flanesse est la Grande Route Occidentale, également nommée la Piste de Ket. La caravane quitte Dyvers lors du premier dégel (.../...) après la traversée du "Bramblewood", tout danger est écarté seulement lorsque les murs de Lopolla sont en vue, en général juste avant l’équinoxe de printemps.

A Lopolla, la caravane a quitté le Flanesse, proprement dit, et est entrée en Occident. Maintenant, les métaux précieux servent à acheter des marchandises qui sont introuvables ailleurs dans le Flanesse. Les marchands de Lopolla, qui ont anticipé l’arrivée de la caravane, disposent en général de tous les biens souhaités par les marchands orientaux. (.../...) Dans les années maigres, qui coïncident souvent avec l’hostilité des Paynims, Lopolla peut présenter moins d’intérêt pour les marchands de Dyvers et la caravane doit continuer sa route vers l’extrême ouest.

Après avoir traversé la passe Tusmane, la caravane se dirige vers Sefmur en toute hâte. Contrairement aux terres de l’Est, les territoires de l’Ouest ne sont pas parsemés de riches villages. La fortune à l’Ouest se trouve dans les cités et s’attarder trop longuement dans les plaines ne contribue qu’à exposer inutilement la caravane aux bandits, dont les plus féroces sont les raiders Tusman.

A partir de Sefmur, la caravane continue jusqu’au confluent des rivières Tuflik et Blashikmund. Les nations d’Ekbir et de Zeif, anxieuses d’accueillir la caravane, envoient des troupes de cavaliers pour protéger sa progression. Se séparant en deux, la caravane se dirige vers chacune des deux cités, puis se réunit de nouveau à Kofeh, l’embouchure de la rivière Tuflik.

Dans ces contrées, les épices rares, les soies exotiques, les parfums fabuleux, les mousselines et tissus fins, les tapis somptueux et les articles exotiques de toutes sortes peuvent être obtenus. Il s’agit d’une fortune au delà de toute imagination si elle peut être ramenée à Dyvers. Maintenant commence une course contre le temps. Pour revenir à Dyvers avant l’hiver elle doit progresser à toute vitesse. Si les premières neiges ferment les cols de "Thornward" ou de "Lorridge" tous les trésors difficilement amassés dans l’ouest seront probablement perdus aux mains des brigands. L’alternative moins désastreuse, mais tout aussi ruineuse, serait que la caravane franchisse les cols mais se trouve bloquée par les chutes de neiges avant d’atteindre Dyvers, et qu’elle soit obligée de s’arrêter dans une ville le long du chemin de retour et, face à une demande réduite, d’y céder ses marchandises avec une décote pouvant atteindre 50% de la valeur qui aurait pu être obtenue à Dyvers.

Seulement deux caravanes sur quatre reviennent de l’extrême ouest, en évitant les périls de Ket et l’arrivée de l’hiver dans le Flanesse. Celles qui reviennent, le font en général de justesse. La fête du Brassage est passée lorsqu’elles atteignent le Nyr-Dyv, mais la fortune qui les attend est telle que même avec une chance sur deux de revenir, une nouvelle caravane repart chaque année.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 22 janvier 2017

Publication

174 Articles
Aucun album photo
21 Brèves
13 Sites Web
2 Auteurs

Visites

18 aujourd’hui
35 hier
77059 depuis le début
Aucun visiteur actuellement connecté