EKB4-03 : Les Tours Naissantes

Cycle L’Héritage d’Artaxoes - aventure en 1 round (APL 4-10)
mercredi 11 novembre 2009
par  armenfrast
popularité : 55%

Nous ne sommes plus qu’à une quinzaine de jours du festival de chaudenoce et de nombreux marchands et voyageurs issus de la route commerciale se pressent dans les bacs pour traverser la Tuflik. C’est le point de départ d’un périple qui mènera les aventuriers jusque dans l’Udgru à la poursuite d’un songe, d’une tour.

Attention, ce sénario repose sur une certaine tension,
ainsi certaines scènes ont été décrites afin d’inspirer la
crainte et l’horreur. Il peut arriver que certains de vos
joueurs soient sensibles à ce genre de mises en scène
aussi prévenez-les avant le début du scénario que ce
dernier comporte des scènes à caractère d’horreur et
n’hésitez pas à passer sur certains détails
particulièrement horribles.

Un cri sous l’arche…

… Son cri frénétique résonnait entre les murs de
l’ancien bastion d’Artaxoës, il en avait retrouvé le
chemin par delà les sphères, sa haine inaltérable l’avait
porté hors des Enfers. Il tenait la piste de son bourreau
et le temps reprenait enfin commune mesure à ses
yeux. Il allait pouvoir enfin se venger, et la venger. Les
runes étaient encore là gravées sur l’arche, leur pouvoir
tenace, mais quelles étaient déjà les vieilles
combinaisons… arh, la mémoire des anciens chants
reviendra vite en ce lieu…

BACKGROUND

Il y a bien des années maintenant…

Le Grand Cataclysme avait anéanti les anciennes
familles impériales et les survivants se repliaient vers le
nord à la recherche d’une terre d’accueil derrière les pas
du prophète Al’Akbar. Ils trouvèrent cette terre au delà
de la Tuflik et s’installèrent dans ce qui devint plus tard
le Califat d’Ekbir. Cela ne se fit toutefois pas sans
heurts. Les premiers colons se heurtèrent à un groupe
qui s’était déjà installé ici et avait proclamé cette terre
comme sienne. Les gens d’Artaxoës avaient en effet bâti
ici et les réfugiés réalisèrent bientôt que cette terre ne
serait pas gagnée sans que le sang ne soit versé. Un long
conflit opposa les deux clans, les réfugiés étaient plus
nombreux mais Artaxoës disposait du savoir des anciens
temps et ses frontières étaient bien protégées. Les
troupes des réfugiés ne parvenaient pas à découvrir le
repaire de leurs ennemis, ces derniers semblant deviner
leur plans et anticiper leur moindre déplacement, les
frappaient sans qu’ils ne puissent leur opposer une force
conséquente. Ce n’est que plus tard et avec l’aide des
sages qu’ils comprirent pourquoi. Artaxoës avait
construit un réseau de tours secrètes et enchantées aux
pouvoirs extraordinaires qui leurs permettaient tout
d’abord d’être totalement invisibles mais aussi de
transporter des soldats d’une tour à l’autre accordant
ainsi une mobilité décisive à son armée.

Artaxoës avait une arrière-petite-fille qu’il chérissait
plus que tout, Kaléna. C’était une enfant brillante et le
pouvoir des anciens coulait dans ses veines. Elle ne
pouvait toutefois se résoudre à accepter cette guerre
comme une fatalité et exécrait la violence. C’est dans le
chant, les anciens poèmes et la musique qu’elle trouvait
la paix. Elle se rendait souvent à une cascade dans les
bois et après avoir nagé un peu se reposait sur les rives
d’un bassin en fredonnant des airs mélancoliques. C’est
au cours de l’une de ses excursions dans les bois qu’elle
tomba sur un jeune homme, Seleb Kaal. Seleb était un
jeune éclaireur des troupes des réfugiés qui avait
entendu à plusieurs reprises les chants de Kaléna et
s’approchait à portée pour les entendre distinctement
mais en prenant toutefois garde de ne pas se montrer…
jusqu’à ce jour où enivré par les syllabes de Kaléna, il
négligea son camouflage.

Les deux furent très effrayés au début, mais plus curieux
encore et ils se retrouvèrent ainsi souvent… nouant
une relation passionnée.

Seleb proposa un jour à Kaléna de l’emmener chez lui
pour lui faire découvrir son peuple, lui montrer
comment il vivait, ce qu’elle fit, découvrant avec intérêt
comment vivaient ses ennemis si redoutés.

Cependant, le général en chef des armées d’Ekbir, l’amir
Rostam Ashir, voulait en finir au plus vite avec
Artaxoës. La fin justifiant les moyens, il décida de saisir
l’occasion pour prendre enfin l’avantage sur son
puissant ennemi : il décida de profiter de la situation
pour prendre Karéna en otage pour obliger Artaxoës à
négocier.

Ulcéré, Seleb se révolta secrètement contre cette
décision. Il parvint à se faufiler jusqu’à la prison de
Karéna et à la libérer non sans avoir assassiné plusieurs
gardes. Les deux amants s’enfuirent alors. Sur les
conseils de Karéna, ils se réfugièrent dans la tour
magique la plus proche, la tour de Talbeyir, dans le but
de se transporter à l’autre bout du pays et d’échapper
ainsi aux poursuites.

Pendant ce temps-là, Artaxoës avait reçu le message de
Rostam Ashir qui lui intimait l’ordre de cesser toute
action hostile contre Ekbir et d’accepter des
négociations s’il voulait que Karéna lui soit rendue. Fou
de rage, il fit appel à des créatures infernales qu’il
envoya libérer Karéna avec l’ordre de tuer tout ceux qui
se trouveraient avec elle et toute personne qui
s’interposerait.

Ce groupe diabolique fut transportée par les tours
magiques pour se retrouver sur les arrières de l’ennemi.
C’est ainsi que les diables et les deux amants tombèrent
nez à nez dans la tour de Talbeyir. Artaxoës ne savait
évidemment pas que Karéna avait été libérée et il n’avait
pas prévu d’instructions pour les diables en pareil cas.
Cet oubli fut la cause de la tragédie. En effet, les diables
appliquèrent les termes de leur contrat à la lettre : tuer
toute personne trouvée avec Karéna ou qui
s’interposerait. Ils attaquèrent donc Seleb et Karéna
s’interposa pour le défendre. Seleb et Karéna n’étaient
pas de taille devant la puissance terrifiante des créatures
envoyées par Artaxoës. Les deux amants furent donc
horriblement massacrés. Seleb, coupable du meurtre
des gardes, fut damné et les diables emmenèrent son
âme en Enfer. Kaléna, de son côté, ne trouva pas le
repos. Son fantôme hante encore la tour de Talbeyir…

Mais l’histoire de Seleb ne s’arrêta pas là. Rongé par le
chagrin et la frustration puis par la colère et la haine, il
s’attira les faveurs de la hiérarchie infernale qui virent
en lui un serviteur prometteur. Par la force de sa
volonté, alimentée par une colère inextinguible, il se
réincarna bientôt en un puissant esprit diabolique.

Longtemps il chercha le moyen de se venger de ses
bourreaux comme des siens et de leur dieu ingrat
jusqu’au jour où il trouva un passage, le moyen de
revenir …

RESUME

Les personnages arrivent à Ekbir par la route
commerciale venant de la Velverdyva pour célébrer le
festival de Chaudenoce et profiter de toutes les
festivités qui y sont associées. Ekbir se tient là de l’autre
côté du fleuve.

Rencontre 1 : Le Bac de Daryamazar

Le bac au confluent de la Tuflik et de la Blashikmund
ne cesse d’aller et venir, le trafic est important à cette
période. C’est sur ce bac que les personnages
rencontrent un vieillard en pèlerinage pour Kalat-
Kébir. Ce dernier entrevoit les signes d’Istus et voit en
eux les héros qui vont pouvoir l’aider à comprendre ses
songes. Il leur demande s’il peuvent aider un vieil
homme à se rendre à Kalat-Kébir.

Rencontre 2 : La Stèle du Prophète

Pendant la nuit près d’une ancienne stèle du prophète il
a de nouveau un songe et voit une tour au milieu d’une
grande forêt. Il demande aux aventuriers de bien
vouloir l’aider à se rendre jusqu’à Shankor.
Les personnages traversent le pays en direction de
l’Udgru. Ils ont le loisir d’entendre les rumeurs qui
circulent à propos de la forêt. Le Doab et ses vignobles
laisseront ensuite place au Mazrashan et ce qui s’en suit
jusqu’au village de Talbeyir.

Rencontre 3 : Talbeyir

Le vieil homme mène les personnages jusqu’à un petit
village bordant la forêt Udgru. Là, les personnages
apprennent qu’on aurait vu d’étranges signes qui ne
disent rien de bon dans les environs. Une courte
enquête indique que quelque chose est là, dans la forêt.

Rencontre 4 : La Vieille Sorcière

Sur les dires des villageois, une vieille sorcière vit dans
la forêt et pourrait sans doute leur en dire davantage,
mais gare, on dit que c’est une mangeuse d’enfants et
qu’elle boit le sang des voyageurs ! Les personnages
vont voir la sorcière qui peut leur confirmer l’existence
d’une tour. Il est aussi néanmoins très évident que la
sorcière est effectivement une mangeuse d’enfants !

Rencontre 5 : Le Grand Bolet

Si les personnages libèrent l’étrange créature que la
sorcière retient prisonnière, elle les mènera auprès des
siens. L’homme champignon régnant sur cet étrange
société sera reconnaissant et donnera de précieuses
informations.

Rencontre 6 : Ruhk’shan

Ruhk’shan un ogre mage a été attiré par la présence
d’un mal perceptible dans la tour et il rôde aux
alentours en étudiant le phénomène. Il est accompagné
d’une bande d’ogres (géants) indisciplinés qui s’en sont
pris à un bûcheron du village voisin. Les personnages
seront confrontés à la bande, Ruhk’shan possède de
précieux documents sur ses observations de la tour.

Rencontre 7 : La Tour

La tour se dresse au milieu d’une étroite clairière,
l’endroit est étrange. Les personnages s’introduisant
dans la tour pourront rencontrer le fantôme de l’arrièrepetite-
fille d’Artaxoës et la source du mal ayant fait
apparition ici : l’ancien esprit de Seleb Kaal réincarné en
kyton. Les aventuriers en apprendront davantage sur
l’histoire d’Artaxoës. Ils trouveront aussi les restes de
gardiens de la tour et les preuves du passage des
guerriers des tribus qui furent repoussées au nord par la
Horde d’Airain il y a un peu moins de trois cents ans.

Rencontre 8 : Par delà l’arche

Seleb Kaal a inscrit des phrases sur les murs de la salle
haute. Ces phrases permettent d’activer l’arche et avec
les indications découvertes sur la dépouille d’un
guerrier paynim le pouvoir de la tour peut être invoqué.
Il transporte les aventuriers dans une autre tour au nord
dans les terres des Nomades du Tigre. Les personnages
seront confrontés aux gardiens laissés derrière eux par
les paynims des tribus qui formèrent la Horde
implacable puis les Nomades du Tigre il y a longtemps.
Ils comprendront alors comment la Horde avait
autrefois échappée aux armées du Calife.

Epilogue et Image finale

Les personnages ont maintenant appris le
fonctionnement des tours et de précieuses informations
sur Artaxoës pour la suite de la série « Arcanes d’un
autre temps ».


Documents joints

Les Tours Naissantes (EKB4-03)
Cycle L’Héritage d’Artaxoes

Commentaires

Brèves

La Guerre de la 73e Sourate

samedi 8 octobre 2011

J’ai enfin pris mon courage à deux mains et j’ai scanné le scénario tiré de Backstab n°34 : La Guerre de la 73e Sourate, qui vient prendre sa place dans les scénarios Living Greyhawk Ekbir de l’année CY 591.

EKB-7-03 Dans le Griffes du Tigre

lundi 26 septembre 2011

Après deux ans, et au hasard d’un mail avec un collectionneur Australien, j’ai mis la main sur le scénario EKB-7-03 Dans le Griffes du Tigre.

Le Choc des Titans

mercredi 9 décembre 2009

Vous pouvez lire la description de cette bataille épique dans l’article EKB7-02S - Le Choc des Titans

EKB6-08 Force et Honneur

samedi 5 décembre 2009

Le mystère est levé - le module Force et Honneur porte le numéro EKB6-08. Le EKB6-07 étant en fait la 2e partie du module EKB6-06 Infestation.

Archives de la Triade

jeudi 3 décembre 2009

Gaël Richard m’a proposé de m’envoyer certaines de ses archives, on peut espérer découvrir des précisions passionnantes.

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 22 janvier 2017

Publication

174 Articles
Aucun album photo
21 Brèves
13 Sites Web
2 Auteurs

Visites

5 aujourd’hui
29 hier
72178 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés