EKB 2-03 : Un Parfum de Rose

Cycle des Arcanes d’un Autre Temps (APL 2-8)
samedi 7 novembre 2009
par  armenfrast
popularité : 73%

Lorsque que les essences du passé fleurissent au présent, le plus dur est de savoir si le doux parfum qui s’en dégage n’a pas attiré la corruption qui bien souvent flétrit les belles choses. Sur le chemin d’un rêve ancien nos héros sauront-ils éviter les écueils du passé, pour s’enivrer les sens de tant de beauté et de majesté.
.
.
.

Cette aventure fait partie du cycle des Arcanes d’un Autre Temps (L’Héritage d’Artaxoës), constitué des aventures suivantes :
[EKB2-03_] Un Parfum de Rose
[EKB4-01_] Le Fugitif
[EKB4-03_] Les Tours Naissantes
[EKB7-04_] L’Heritage (2 rds)

BACKGROUND

Fashtri - Petite Cité - pop 10,000

Cette ville portuaire est nichée entre la forêt d’Ugdru et
les collines de Yecha. Fashtri est la plaque tournante du
commerce avec les nomades du Tigre, mais sa fortune
vient de la forêt d’Ugdru dont le bois est abattu, puis
convoyé jusqu’aux chantiers navals d’Ekbir.

Les troubles frontaliers avec les nomades du Tigre sont
courants, surtout depuis que ceux-ci se sont mis à
exploiter les riches filons d’argent et de diamant qui se
trouvent dans les collines de Yecha.

En CY 578, la ville a été attaquée par 10 000 cavaliers
barbares, et a échappé de justesse à la destruction. Depuis
lors, les intérêts commerciaux ont repris le dessus et les
relations entre les deux nations se sont "normalisées"
(Heurts frontaliers occasionnels entre des pillards
nomades et les patrouilles d’Ekbir).

La route vers Diyarbakir

La route contournant l’Udgru par le Kardérée, le
Tashbayir et le Belmagar est périlleuse. Bloquée par la
neige en hiver, souvent boueuse en été, soumise aux
attaques des monstres ou des bandits en toute saison,
cette route n’est empruntée que par les aventuriers et les
fortes troupes armées de Kalat-Kara.

La forteresse noire a bien du mal à maîtriser la région dont
elle a la surveillance. Au contraire, souvent isolée et
assiégée, elle ne doit sa survie qu’au courage et au talent
de ses défenseurs. Ses réserves de vivre lui permettent
de tenir plusieurs années en isolement complet.

Le Kardérée, la haute vallée de la Jugane, est une région
extrêmement froide en hiver et où les étés sont frais et
pluvieux. Le relief y est assez peu escarpé et prend
généralement la forme de grandes croupes boisées.

Le Tashbayir, la froide région qui s’étend entre la Jugane et
le Hadash, est modérément boisée, aux altitudes
moyennes et connaît des hivers rigoureux et très
enneigés.

L’Udgru

La vaste région sauvage de l’Udgru échappe en grande
partie au contrôle du Califat. Pourtant, Ekbir considère la
partie à l’ouest de la Blashikmund comme une province à
part entière du pays.

Les habitants de cette région sont soit des bûcherons ou
des chasseurs, soit des brigands ou des opposants au
gouvernement d’Ekbir.

Un gouverneur représentant le calife réside à Kalat-Kara.
Cette forteresse a été construite en Udgru au bord du
Hadash. Bâtie en roche noire basaltique, Kalat-Kara, la
forteresse noire, a pour rôle de surveiller l’Udgru et les
vallées qui mènent aux Yatils. En raison de la taille de ce
territoire, de la nature du terrain et de la sauvagerie de ses
habitants, elle a bien du mal à remplir sa mission et se
retrouve souvent isolée.

C’est ainsi que de nombreux criminels viennent se
réfugier dans l’Udgru et constituent des bandes armées
qui pillent les alentours. Les bandits les plus craints sont
ceux de la troupe du Chevalier noir, un adversaire
redoutable et impitoyable qui fait régner la terreur sur
tout le pourtour de l’Udgru et même parfois au-delà. La
véritable identité de ce Chevalier Noir est inconnue mais il
s’agirait d’un ancien Faris ayant trahi sa cause. Il dispose
d’une petite armée et de plusieurs assassins
particulièrement redoutables. Le clergé, les faris et l’ordre
de la Coupe et du Talisman semblent être ses cibles
privilégiées. Il est probable qu’il se soit allié à des sectes
maléfiques.

Des hérétiques trouvent aussi asile dans cette forêt et
tentent de maintenir leur religion. Quelques partisans de
la Vraie Foi vivraient ainsi dans l’Udgru et même des
adorateurs de divinités maléfiques dont le culte est
interdit dans le pays. Ces rumeurs ne sont pas prouvées.

La flore et les essences végétales de l’Udgru y sont
variées, certaines parties étant des chênaies pures ou
mixtes et d’autres des hêtraies avec quelques aulnaies le
long des ruisseaux.

Les galdiers y sont communs et constituent une source de
nourriture pour les habitants de l’Udgru, animaux ou
autres.

La Rose Impériale

Une fleur légendaire. Cette rose rouge faisait jadis la fierté
des empereurs bakluniens et était soigneusement cultivée
dans les jardins de leurs palais.

Ces rosiers ne poussaient pas dans la nature étant le fruit
des patients essais d’hybridation et de greffes des maîtres
horticulteurs bakluniens. Lors de la Dévastation Invoquée,
les jardins furent irrémédiablement détruits et les rosiers
avec eux.

On dit cependant qu’une princesse d’empire parvint à
emporter des boutures de ce rosier avec elle pendant
l’Exode et qu’elle mit tout en œuvre, y compris la magie,
pour faire repousser une plante entière pendant le trajet,
en dépit des conditions de vie précaires.

Hélas, rien n’y fit et les boutures pourrirent les unes après
les autres sauf une qu’elle emporta avec elle dans les
Pinacles. Or quelques années plus tard, on découvrit dans
une prairie au cœur d’une forêt d’Ekbir un rosier impérial
en fleur. Le rosier fut ramené dans la cité d’Ekbir pour y
être repiqué mais, là non plus, rien n’y fit. Le rosier
mourut sans descendance. Depuis ce temps, on découvre
périodiquement un rosier impérial dans les forêts d’Ekbir
sans que l’on puisse en déterminer l’origine et sans que
l’on puisse le multiplier.

L’Isturiale

L’Isturiale, autre fleur de légende… Cette fleur noire
rarissime est dédiée à la déesse Istus.

La superstition populaire veut que quiconque voyant une
isturiale sur son chemin ait sa destinée radicalement
changée. C’est en tout cas considéré comme un présage
important qui nécessite généralement la consultation d’un
prêtre d’Istus.

Cette fleur est d’autant plus mystérieuse qu’elle est
éphémère. Elle peut très bien avoir disparu moins d’un
jour après avoir été aperçue.

Le Kilon

Le kilon fait partie des rares plantes sauvées du
Cataclysme, certains fuyards ayant emporté des plants
avec eux lors de l’Exode.

Sa particularité est que ses fleurs plutôt discrètes, ont des
couleurs changeantes. Une même plante peut donner
chaque année des fleurs de différentes couleurs. La
floraison dépasse rarement deux semaines, mais trois
floraisons ont lieu par an.

La durée de vie de la plante est très courte et divers
érudits s’intéressent de près à ce phénomène qui
symbolise une vie courte mais intense et variée. Les
Ekbiriens adorent attacher ces fleurs à leurs vêtements.

Le Xama

Le xama est un arbuste à fleurs jaunes, odoriférant, à la
sève abondante et aux tiges épaisses et noueuses.

Ses feuilles sont semblables à celles du jasmin. De son suc,
on peut préparer un breuvage qui aurait la propriété de
favoriser les états de transe, la méditation, la maîtrise
spirituelle de son corps et même le développement de
l’édel (le don du destin ou faculté psionique).

Le xama est un arbuste très rare qu’on rencontre surtout
en montagne ou dans les endroits escarpés. Certains
prétendent que c’est la raison qui pousse les moines de
Xan Yaë et Zuoken à construire leurs monastères en de
tels lieux. Il est recherché par les alchimistes.

L’Alchimiste Jabir Ibn Hayyan

Jabir Ibn Hayyan fut un grand alchimiste à l’époque du
règne d’Oudmey connu pour ces compétences dans les
objets pyrotechniques. Il était également très habile dans
l’élaboration de certains breuvages comme les philtres et
potions de prestige, très prisé des gens de la cour et des
marchands. Il écrivit de nombreux ouvrages relatant ses
travaux qui sont très recherchés par le Zashassar et la
Guilde des Alchimistes d’Ekbir.

Il disparu du jour au lendemain sans jamais réapparaître,
laissant derrière lui un grand vide et nombre de travaux
inachevés.

La Famille Doukkali

Cette ancienne et modeste famille de négociants
originaires de Fashtri est spécialisée dans le négoce du
bois pour la construction navale des chantiers d’Ekbir.

Depuis peu sous l’impulsion de son nouveau chef de
famille que l’on dit fort habile et visionnaire son activité
s’est étendue à tout ce qui touche les bois rares en
provenance de l’Udgru. Néanmoins une lointaine
disgrâce, rend ses affaires et la reconnaissance de ses pairs
et des autorités difficiles.

Des rumeurs, dans les cercles bien informés du
Mouqollad tendrait à dire qu’une alliance avec la Famille
Kel’igan serait en train de voir le jour, l’une mettant à
disposition de l’autre ses moyens financiers en contre-partie
de quelque chose tenu bien secret.

La Famille Kel’igan

Cette famille est originaire de Fashtri. Initialement
spécialisée dans le négoce des fourrures avec les nomades
du Tigre, son activité s’est étendue à tout ce qui touche
aux métaux précieux et aux gemmes qui sont prospectées
dans les collines de Yecha.

En moins de vingt ans elle s’est hissée parmi les plus
influentes du Califat. Cette progression fulgurante soulève
la jalousie et la crainte de plusieurs familles marchandes.

La situation de la famille Kel’igan demeure précaire malgré
leur fortune. Leur plus grande préoccupation
actuellement est d’obtenir la légitimité et la reconnaissance
de leurs pairs et des autorités.

Le récent vainqueur de la fameuse, et mouvementée,
course d’Aboun Ety portait les couleurs de la maison
Kel’igan.

RESUME DE L’AVENTURE

Alors qu’ils savourent un bon repas dans une auberge de
Fashtri, quelques temps après la dernière fête qui s’y est
déroulée, les aventuriers sont abordés par un
représentant de la famille Doukkali qui a entendu parlé de
leurs derniers exploits. Celui-ci leur propose une requête
somme toute simple : se rendre dans une vieille tour
abandonnée qui fut en son temps la demeure d’un
alchimiste afin d’y retrouver les notes de ses derniers
travaux.

Si les aventuriers lui demandent plus d’informations, il
leur répond que d’après les informations qu’il a retrouvées
dans les archives de ses aïeuls, l’alchimiste poursuivait des
travaux pour le compte de sa famille, travaux qui d’après le
journal de son ancêtre avaient une grande importance
pour sa famille et auraient précipité selon les documents
comptables à sa disposition un revers de fortune de par les
sommes déjà engagées dans les travaux.

Il propose donc aux aventuriers, contre un
dédommagement à la hauteur des informations qu’ils
rapporteront, de prendre la direction de la tour. Après
leur accord, il leur donne des extraits du journal de son
ancêtre afin de les aider à retrouver le site.

Les aventuriers se mettent donc en route vers la tour et
après une semaine de voyage, arrivent au zénith dans le
village de Diyarbakir, qui, depuis, s’est agrandi et dispose
d’une auberge. Là les aventuriers pourront apprendre
plusieurs choses : En se renseignant sur la tour, certains
chasseurs pourront leur confirmer qu’elle se trouve
toujours là, mais qu’il n’en reste plus grand-chose. De plus,
avec les rumeurs qui traînent sur le lieu, ils préfèrent
éviter de s’en approcher.

Après avoir suivi un ruisseau qui s’enfonce dans la forêt,
les aventuriers, après quelques heures de marche,
arrivent en vue de ce qui reste d’une tour sur les hauteurs
d’une colline un peu plus dégagée.

La tour est actuellement le repaire d’une bande de
brigands qu’il faudra alors déloger, après un premier
accrochage avec une partie de la bande. Les aventuriers
vont devoir chercher le passage qui mène au laboratoire.
Celui-ci a apparemment subi les dégâts d’une explosion à la
suite d’une expérience qui a mal tourné.

En effet, après une mauvaise manipulation de Jabir Ibn
Hayyan un incident a dévasté une partie du laboratoire et
sûrement provoqué la mort de l’alchimiste. L’explosion
ayant comme effet d’ouvrir un portail, conjurant par la
même un Méphit de Suie actuellement locataire des
lieux. Après s’être débarrassé du nouveau résident, les
aventuriers ont donc tout le loisir de retrouver les notes
de l’alchimiste, et ainsi connaître la nature des travaux de
celui-ci.

Entre-temps, le reste de la bande de bandits revient à la
tour et compte bien faire payer aux aventuriers la
découverte de leur repaire. Et après un furieux combat, il
ne reste donc plus qu’aux aventuriers à reprendre la route
et partir à la recherche d’un des éléments essentiels à la
création de la décoction, des pétales de rose impériale.

Après avoir suivi les indications trouvées dans les notes de
l’alchimiste, les aventuriers retrouvent un plant de rosier
impérial. Cependant celui-ci se trouve non loin de l’antre
d’un Ours-Hibou qui défend jalousement son territoire.
Après un dernier affrontement, ils peuvent enfin
récupérer le composant manquant afin de tenter de
fabriquer des potions et de ramener le fruit de leurs
découvertes à la famille Doukkali à Fashtri.


Documents joints

PDF - 1.2 Mo

Commentaires

Brèves

La Guerre de la 73e Sourate

samedi 8 octobre 2011

J’ai enfin pris mon courage à deux mains et j’ai scanné le scénario tiré de Backstab n°34 : La Guerre de la 73e Sourate, qui vient prendre sa place dans les scénarios Living Greyhawk Ekbir de l’année CY 591.

EKB-7-03 Dans le Griffes du Tigre

lundi 26 septembre 2011

Après deux ans, et au hasard d’un mail avec un collectionneur Australien, j’ai mis la main sur le scénario EKB-7-03 Dans le Griffes du Tigre.

Le Choc des Titans

mercredi 9 décembre 2009

Vous pouvez lire la description de cette bataille épique dans l’article EKB7-02S - Le Choc des Titans

EKB6-08 Force et Honneur

samedi 5 décembre 2009

Le mystère est levé - le module Force et Honneur porte le numéro EKB6-08. Le EKB6-07 étant en fait la 2e partie du module EKB6-06 Infestation.

Archives de la Triade

jeudi 3 décembre 2009

Gaël Richard m’a proposé de m’envoyer certaines de ses archives, on peut espérer découvrir des précisions passionnantes.

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 22 janvier 2017

Publication

174 Articles
Aucun album photo
21 Brèves
13 Sites Web
2 Auteurs

Visites

56 aujourd’hui
36 hier
74492 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés